Antoine Goudard

Le palimpseste contemporain

Secondaire II3OC

Sur la base d’un palimpseste, les élèves sont invités à constituer un corpus puis d’en utiliser son contenu dans le but de réaliser une production. Au moyen de gestes techniques ils procèdent à des masquages successifs de l’information pour en donner une nouvelle lecture. Afin de choisir les oeuvres de ce corpus, ils ont eu accès aux oeuvres de la collection du Gymnase du Bugnon parmi lesquelles ils ont réalisé une sélection de 5 oeuvres finales pour la réalisation de leur palimpseste.


Dans le but d’amorcer leur réflexion et nourrir leur travail, ils ont pris des photos/ des croquis et des notes qui ont guidé leur projet final. L’ utilisation des techniques est libre et peut être mixte (peinture/dessin/photo/collage…) Ce travail se déroulant sur 6 périodes, ils sont invités à réaliser leur corpus et leurs impressions/choix de construction lors des 3 premières périodes. Les 3 suivantes leurs permettront de produire le rendu final.

L’œuvre inachevée

Secondaire II – 3OC

La réflexion initiale de ce projet était d’amorcer une réflexion autour du masque, dans le prolongement de la thématique annuelle. Afin d’imaginer une sollicitation plus abstraite il fallait réinterpréter cette notion de masque. On a retrouvé dans la peinture d’Anton Raphael Mengs, une toile intitulée « Portrait de Mariana de Silva y Sarmiento, duquesa de Huescar » elle tiré son originalité dans le fait qu’elle est inachevée. De là est née l’idée d’un postulat, d’une proposition répondant à cette esthétique. Et si l’on considérait les supports en bois permettant de ne pas salir le mobilier de la salle de classe comme des œuvres inachevées.

Comment dès lors, pourrions-nous en proposer une version achevée ?

MASQUE / MODE / ART / Situation Pragmatique de notre société

Secondaire II – 3OC


Dans une logique réflexive et de développement de la thématique annuelle du masque, il semble juste et nécessaire d’en faire une corrélation avec notre situation actuelle. Objet aujourd’hui rare et convoité, il n’en reste pasmoins un objet esthétique qui puise ses formes multiples dans divers cultures.
En se basant sur ses propres connaissances ainsi qu’un corpus, il est demandé aux élèves de réaliser une proposition de masque. Pour cela, ils doivent solliciter au maximum les ressources dontils disposent chez eux , et favoriser tout processus de détournement et de récupération.